Compte rendu Transju'Trail 2016 (72Km - 3200d+)

Récit de ma balade sur la Transju’Trail

Encore un dossard, cette fois le rendez-vous était donné dans le Jura pour participer à la Transju’trail avec ces 72Km et 3200 m de dénivelé positif. J’avais mis 10 h 57 sur les Templiers qui avait des caractéristiques similaires sur le papier (75Km – 3000D+), donc j’espère pouvoir me rapprocher des 10 h même si depuis une semaine un rhume à pointé le bout de son nez.

Le rendez-vous était donné le samedi à Morez pour récupérer les dossards, je partagerais cette course avec mes parents qui seront présents sur les ravitaillements et Yvon, un ami du club (ND2BR) qui s’alignera sur le 36 km. Après l’avoir déposé au Camping de Morez, nous irons de notre côté prendre place dans notre hôtel à Foncine-le haut en passant par Chapelle-des-Bois et Chaux-Neuve pour admirer le parcours. Après une semaine de pluie, les chemins sont gras et risquent d’être bien glissants, mais on croise les doigts pour avoir un temps correct le lendemain.

Derniers préparatifs et révision du tracé autour d’un repas puis extinction des feux.

Profil Transju - 72 Km Trail

Profil Transju – 72 Km Trail

Prélude à Mouthe :

4 h 30 : Le réveil sonne, ça pique pour un dimanche matin et j’ai l’impression de ne pas avoir dormi avec mon rhume. On entend déjà des personnes partir de l’hôtel, après vérification c’est bien à 5 h 30, je ne me suis pas trompé, ouf on est dans les temps 😉 J’avale mon petit déjeuner puis j’enfile la tenue de combat : short et tee-shirt pour faire venir le soleil ! Sans oublier les manchettes et le buff car le froid risque de piquer sur la première partie.

On arrive à Mouthe à 5 h 15, je rentre dans l’aire de départ par l’arche, mais un coureur me qu’il faut se faire pointer avant de prendre place, merci à lui ! Je ne suis pas vraiment à ma place sur la première ligne au milieu des 500 furieux annoncés sur le long sans oublier ceux qui font le relais.

Le départ est donné au coup de fusil, je me mets sans tarder sur le côté pour ne pas gêner les plus rapides et faire ma course. Je déroule pendant les six premiers kilomètres pour rejoindre le tremplin à ski de la chaux neuve, le terrain est gras et on laisse vite du jus à essayer de trouver des appuis.

Je pointe à la 113e position, un coucou à mes parents avant d’entreprendre l’ascension que je subis, j’ai la gorge prise, beaucoup de mal pour respirer et j’attrape un point de côté. Je prendrais une pause une fois en haut, la ballade risque d’être longue !

Je commence à cogiter sur la portion suivant qui est relativement roulante : est-ce que je n’ai pas cumulé trop de course ? Ai-je pris assez de repos…

 

© 2016 – La Transju'trail

Tremplin de Chaux-Neuve – © 2016 – La Transju’trail

07 : 18 — Chalet des anges : 114e

J’arrive au premier ravitaillement après 16 km de course, et je ne m’attarde pas, juste le temps de récupérer les gourdes que mes parents m’ont préparées avant d’attaquer la montée au mont Champion. Le chemin est vraiment raide, ça ne grimpe pas comme je le voudrais et je devrais m’arrêter à plusieurs reprises sur cette portion pour reprendre mon souffle. Le profil pour retrouver la mi-course est relativement descendant et je me mets dans ma bulle, pour ne penser à rien et essayer de profiter.

Je rejoindrais un coureur suisse en atteignant Morbier, on nous annonce le départ du 36Km à 9 h 30 donc on décide d’augmenter le rythme pour arriver avant et ne pas bouchonner…

09 : 23 — Morez : 87e

Objectif rempli sauf que le départ était à 9 h 15 😉 Je me ravitaille rapidement auprès de mes parents et j’attrape les bâtons pour cette deuxième partie qui s’annonce plus difficile (2200 m de dénivelé et 1000 m sur la première). Commence l’ascension à la roche fendue avec quelques bouchons dans les sentiers au moment de rejoindre ceux qui viennent de partir pour le 36 km. Ma gorge me gêne et je laisserais du jus à essayer de doubler sur la monotrace toujours aussi boueuse. J’arrive ensuite au prochain ravitaillement après 13Km et 900d+.

11 : 25 — Prémanon : 81e

Je m’arrête plus longuement à ce ravitaillement pour prendre le temps de discuter avec mes parents de mes sensations et de bien m’alimenter. Je repars avec la niak, cette portion fait 8 km pour 400d+, nous empruntons des pistes de ski de fond puis nous remontons plusieurs traces alpines. Je commence à aller mieux et je rejoins le ravitaillement des Dappes pour faire le plein avant d’attaquer la difficulté du parcours avec la montée de la Dôle (2.7Km pour 428m de dénivelé).

12 : 35 — Bas de la Dôle : 67e

Un challenge a été mis en place sur cette portion, pour info les premiers mettront 26 min pour rejoindre le haut. Au bout de 20 min de mon côté, je n’apercevais toujours pas l’antenne en forme de boule qui représente le sommet ! 39 min de mon côté et Yvon 31min avec un léger détour (à vouloir aller droit dans le pentu !). On est à 1680 m, mais la vue est complètement bouchée et personne ne s’attarde au point culminant, car la pluie s’intensifie et certains auront même la grêle.

La dôle

Cette monté m’a fait du bien et ma libérée les bronches, j’arrive encore à relancer sur ce court séjour en Suisse avant de me rendre à la dernière ascension : Le Col de la Porte. Sur les hauteurs, le terrain est maintenant labouré par le passage des différentes courses et chacun essaie de trouver une trace et j’assisterais à beaucoup de numéros d’équilibriste autour de moi, mais pas de chute de mon côté 😉 La descente était un peu galère sur ce terrain et les cuisses commencent à chauffer, mais je rejoindrais le dernier point d’eau à 14h.

Je discute rapidement avec mes parents, je suis un peu dans le jus, je leur annonce 1 h 30 pour boucler les derniers 9 km et 200 m de dénivelé et l’impression de passer à côté de mon objectif de 10 h. Bref, ce n’est pas le moment de lâcher, passage dans les escaliers du Fort des Rousses puis on sort par la porte principale avant de rejoindre le collège.

Je passe la ligne en 9 h 25’ à la 55e place (sur 474 arrivants), j’ai un peu de mal à réaliser surtout avec une première partie en dedans et des conditions de courses difficiles, mais heureux du résultat !

Maintenant, place au repos avec une reprise en vélo aujourd’hui avant le challenge Beat the Sun qui se déroulera le 21 juin 😉

Laisser un commentaire